« Parfois je pense et parfois je suis. » Paul Valéry

« Parfois je pense et parfois je suis. » Paul Valéry

Quoi ?

Une blague de philosophe ! René Descartes affirmait « Je pense donc je suis ». Le poète et philosophe Paul Valéry détourne avec légèreté cette célèbre formule.

Au-delà du pied-de-nez fait à René, notre monument national, il y a un enjeu philosophique véritable : celui des liens entre la pensée rationnelle et l’existence.

Pour Descartes, même si rien n’est certain autour de nous, il y a bien une réalité certaine : à cet instant où je pense que je suis, j’existe bel et bien, d’où la formule « Je pense donc je suis ».

Pourquoi ?

Parce qu’il n’y a pas que l’intellect dans la vie !
Descartes déduit l’existence de l’être humain à partir de sa capacité à raisonner et à se regarder raisonner.
Valéry nuance cette déduction avec une élégance nonchalante : certes, parfois je pense, mais parfois seulement !

Qui plus est, il se pourrait bien que les moments où je ne pense pas soient précisément ceux durant lesquels… j’existe de la manière la plus directe et la plus intense !

René, ne t’aurait-il pas suffi de constater que tu respires, que tu es bien, que tu aimes cet instant ? Non, il a fallu que tu fasses une crise de philosophe : tu as besoin de te sentir penser pour te sentir exister !

Qui ?

– Les hyper cérébraux qui fatiguent à force de tout rationaliser,
– les accros au calcul qui admettent qu’un tableau croisé dynamique n’est peut-être pas totalement nécessaire en toute situation,
– les sensibles cuirassés dans leurs raisonnements qui se disent que parfois ils aimeraient pouvoir faire confiance à une autre partie d’eux-mêmes…

Tous ceux qui trouvent que chercher une preuve rationnelle de l’existence n’est peut être pas tout à fait raisonnable !

La seule chose que Descartes prouverait… c’est que les philosophes ont besoin des poètes !

Comment ?

Lâcher prise de l’intellect, ne pas en faire l’alpha et l’oméga de l’existence, tout cela implique d’admettre les limites de la raison et de développer d’autres types d’intelligence.

Par exemple, l’intelligence émotionnelle permet de résoudre des situations conflictuelles qui paraissent inextricables sur le plan logique, en apprenant à se mettre à la place de l’autre.

En révolutionnant l’enseignement, grosso modo 12 ans passés à muscler son intelligence rationnelle ! Débrouillardise, esprit d’équipe, capacité d’écoute, résistance au stress, etc… il y aurait tant de choses à inculquer au-delà de la capacité à mémoriser des savoirs et organiser des idées !

Ce qui donne…

Parfois je pense à arrêter de penser !

Aline Espinassouze

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on LinkedInShare on Google+Email this to someone

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *