Comment penser la bisexualité féminine ? – Interview de Mathilde Ramadier

Le “B” de LGBT est-il un grand oublié ? Le cas de la bisexualité féminine en particulier interpelle, échappant semble-t-il à toute capacité à être prise au sérieux en tant qu’orientation sexuelle à part entière, masquée derrière des fantasmes et un imaginaire pornographique bien loin de la réalité des femmes qui la vivent.

Dans son essai Vivre fluide, paru en 2022 aux Editions du Faubourg, la philosophe Mathilde Ramadier entend offrir une réelle considération de la bisexualité féminine, en mobilisant le concept de “fluidité”. A travers une longue enquête, regroupant plus d’une quarantaine d’interviews, de foisonnantes recherches scientifiques et littéraire, tout en laissant une belle part à la pop culture, une histoire politique et militante de la sexualité féminine se dessine.

Afin de mieux saisir les apports de la philosophie pour penser la sexualité et le féminisme, Mathilde Ramadier a accepté de répondre à nos questions et nous partager sa vision.

 

 

La Pause Philo : Pour commencer cet échange, et puisque c’est ce qui nous intéresse tout particulièrement chez La Pause Philo, j’aimerais revenir sur la conception de la philosophie qui sous-tend Vivre fluide. Vous êtes philosophe de formation, et livrez ici un essai à la fois très personnel et très documenté. En quoi la démarche philosophique, enrichie des autres sciences humaines et sociales, peut permettre de s’interroger sur des questions aussi intimes que l’orientation sexuelle ?

Mathilde Ramadier : Ma formation en philosophie m’a appris à rester curieuse en tout, à accorder de l’attention aux détails, à poser sans cesse des questions pour entraîner la réflexion plus loin. Mes années d’études ont également été marquées par la transdisciplinarité. Avant d’entrer en master de philosophie, j’avais mis les mains dans la matière et les images avec trois ans