La vie est notre carburant

« Le désir est l’essence même de l’homme » – Spinoza

Quoi ?

Dans l’Éthique, en précisant que le désir est l’essence de l’homme “en tant qu’on le conçoit comme déterminé à faire quelque chose”, Spinoza rend cet affect central pour comprendre la nature dynamique des êtres humains.

Le philosophe hollandais explique la totalité de la vie affective à partir de trois affects principaux :

  • Le Désir, qui est l’effort que chaque chose fait pour conserver ou augmenter sa puissance d’agir et de penser.
  • La Joie, qui est l’augmentation de cette puissance.
  • La Tristesse, qui est la diminution de cette puissance.

Il suffirait de décliner ces trois affects principaux pour comprendre l’ensemble des configurations affectives qui composent la vie. L’Amour, par exemple, est une joie qui s’accompagne d’une cause extérieure. Chaque chose (un humain, un animal, ou même un caillou!) est poussée à agir par ses désirs, qui vont engendrer des variations affectives en lui, mais aussi autour de lui.

Pourquoi ?

Tant que l’homme existe et agit, ce sont ses désirs qui définissent ce qu’il est. Chaque individu possède ce que Spinoza appelle une “complexion”, qui est une tendance à avoir des joies ou des tristesses en rencontrant certaines choses spécifiques.

Certains augmenteront leur puissance en mangeant des frites, et d’autres en dévorant des livres. Le désir, c’est ce qui va me pousser à agir de façon à reproduire ce qui me rend joyeux, et à m’éloigner de ce qui peut me rendre triste.

Mais bien sûr, je peux me tromper sur ce que je crois m’augmenter, et je peux donc désirer des choses qui finalement, me diminuent. Pourtant, Spinoza s’oppose à toute tradition philosophique qui considère le désir comme un manque, comme une faiblesse qu’il convient de maîtriser.

Comprendre ses désirs, ce n’est pas chercher à les contrôler, mais à les vivre en se dirigeant vers ceux qui augmentent véritablement notre puissance.

Qui ?

  • Les ascètes et ceux qui refusent de désirer : vous vous empêchez de vivre !
  • Les épicuriens et ceux qui ne recherchent que des désirs utiles et nécessaires : désirez grand tant que cela augmente votre puissance et celle des autres.

Comment ?

  • Ecoutez-vous : quels sont vos désirs ? Des plus futiles aux plus fous, d’un éclair au chocolat à vouloir décrocher la lune, listez ce qui vous fait du bien pour y voir un peu plus clair.
  • Apprenez de vos expériences : vous désiriez ce verre de champagne mais vous ne vous souvenez plus de la suite ? Vous aviez terriblement envie de manger tout le pot de glace mais vous avez fini avec des crampes d’estomac ? Découvrez vos limites pour mieux agir en accord avec vos désirs.
  • Diversifiez vos désirs : jardinage, lecture, équitation… c’est en découvrant de nouvelles activités que vous comprendrez mieux vos désirs… et par conséquent, votre essence !
  • Acceptez les désirs des autres : personne n’a la même complexion ! Alors n’imposez pas vos désirs, et cherchez à comprendre ceux qui sont différents.

Ce qui donne…

C’est en comprenant ses désirs qu’on accède au bonheur, alors faites le plein d’essence et en route pour de joyeuses aventures !

 

Pour aller plus loin :

Une citation commentée par Nicolas Bouteloup Toutes ses publications

Illustration par Killian Pelletier Toutes ses illustrations

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Articles similaires

Commencez à saisir votre recherche ci-dessus et pressez Entrée pour rechercher. ESC pour annuler.

Retour en haut