« Les Médiations Philosophiques sont l’occasion de transgresser les normes philosophico-universitaires. » – Lucie Boël et Maëva Chauvin

Face à un cadre universitaire qui n’invite pas particulièrement à pratiquer la philosophie par soi-même, comment permettre aux étudiants de pleinement s’approprier cette discipline ?

La sphère étudiante regorge de multiples initiatives très riches en faveur d’une philosophie ouverte au grand public, et osant se frotter à d’autres disciplines. Afin d’explorer ce champ, nous avons souhaité en savoir plus sur l’association étudiante lyonnaise Les Médiations Philosophiques, afin de découvrir leurs activités en faveur d’une philosophie accessible au plus grand nombre. Implantée à l’Université Lyon III, l’association entend rassembler tous ceux qui s’intéressent à la philosophie, à commencer par des étudiants en philosophie mais aussi d’autres disciplines, ainsi que le grand public. Créée en 2011, l’association prospère et est pleinement implantée dans la vie de l’Université. Lucie Boël, présidente, ainsi que Maëva Chauvin, vice-présidente, ont accepté de nous présenter les activités de l’association.

Une communauté étudiante au service du dialogue philosophique

La Pause Philo : Quelle est l’histoire de l’association Les Médiations Philosophiques et ce qui motive son activité ?

Lucie Boël et Maëva Chauvin : Les Médiations Philosophiques est un peu comme une grande famille, qui grandit depuis sa création en 2011. Quand on y entre, on est généralement perdu mais en y restant, on y trouve des amis hors du commun.

L’association poursuit plusieurs objectifs, tels que promouvoir la pratique de la philosophie hors du cadre académique et l’exercice de l’esprit critique, ainsi que rendre la philosophie accessible. Nous partons d’un constat simple : la philosophie donne lieu à peu de pratiques dans le milieu universitaire étudiant, alors nous travaillons à la mise en place d’un terrain d’échanges autour de sujets d’actualité entre les étudiants mais également entre divers publics. Les Médiations Philosophiques, c’est donc l’occasion de transgresser les normes philosophico-universitaires et de dépasser les frontières entre les différentes disciplines afin de promouvoir, auprès de notre public, une approche interdisciplinaire des thèmes abordés.

Pour nous, il est essentiel de placer le public au coeur des échanges parmi la diversité de supports que nous proposons (cinéma, théâtre, revue, ateliers, etc.), qui permettent à tout un chacun d’y trouver son compte et d’aborder la philosophie d’un oeil différent. Ludiques, dynamiques et participatifs, les événements de l’association sont gratuits et ouverts à tous sans catégorisation sociale, académique ou politique.

 

Ouvrir la philosophie au grand public

LPP : Quelles sont les activités de l’association, comment cette volonté de « médiation » se manifeste concrètement ?

L.B. et M.C. : Nous nous efforçons de travailler sur des supports différents et familiers : films, pièces de théâtre, questions de société les plus courantes et récurrentes nous permettent de faire pratiquer la philosophie dans le plus de domaines culturels possibles.

Les Philocinés, sur le format de projection-débats, permettent de questionner l’illustration et l’application de concepts ou courants philosophiques au cinéma, qu’il s’agisse de blockbusters, films d’horreur, comédies, films d’auteurs ou documentaires.

Le Philothéâtre permet de rencontrer des comédien·ne·s, metteurs en scène, auteur·rice·s qui donnent vie à des conceptions du monde, problèmes philosophiques et autres questions existentielles.

Notre revue le Médiaphi, dont nous publions trois numéros par an, permet d’exprimer ses avis, réflexions et autres concepts innovants à travers des essais, poèmes, articles et autres textes, ou même des photos et dessins. Afin de susciter la discussion et l’échange, chaque numéro est thématique.

Enfin, les Ateliers Philosophiques organisent chaque semaine, au cours de l’année scolaire, des ateliers de réflexion avec enfants et adultes, dans des bibliothèques, écoles primaires et lycées, afin d’initier jeunes et moins jeunes à la démarche philosophique et au questionnement.

 

Un lien entre étudiants et vie sur le campus

LPP : Comment les activités de l’association s’articulent avec la vie du campus universitaire et comment cette initiative est accueillie par l’Université de Lyon 3 ?

L.B. et M.C. : À chaque rencontre avec les nouveaux étudiants, pendant les réunions de promo, les professeurs manifestent un grand soutien et une sympathie pour nos activités, qu’ils n’hésitent pas à recommander aux étudiants. L’association est en effet majoritairement composée d’étudiants en philosophie, et fait donc le lien entre différentes promotions qui n’auraient pas eu l’occasion de se croiser si ce n’était pour l’association. C’est sûrement pour ça que l’on nous souvent pour une espèce de BDE de la Faculté de Philosophie.

La Faculté et l’Université nous apportent aussi leur soutien logistique, puisqu’elles accueillent souvent nos événements (Philocinés, journées d’études et autres colloques), et font partie de nos subventionneurs. Nous bénéficions ainsi de l’aide communicationnelle de certains services de l’Université, et certains professeurs n’hésitent pas à se faire relais de nos événements ou appels à contributions.

 

Pour en savoir plus :

La page Facebook de l’association

La page de l’association sur le site de l’Université de Lyon III

 

Une interview réalisée par Marianne Mercier Toutes ses publications

Un commentaire pour “« Les Médiations Philosophiques sont l’occasion de transgresser les normes philosophico-universitaires. » – Lucie Boël et Maëva Chauvin

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Articles similaires

Commencez à saisir votre recherche ci-dessus et pressez Entrée pour rechercher. ESC pour annuler.

Retour en haut