Les conférences citoyennes : comment inclure les citoyens dans la prise de décision politique ?

La conférence citoyenne est un dispositif de démocratie participative réunissant des citoyens tirés au sort, pour les amener à discuter ensemble et formuler des réponses à une question donnée. C’est faire appel aux individus et à leur “expertise du quotidien” : après tout, ce sont eux qui bénéficient des politiques publiques, alors autant leur demander leur avis directement !

CONCRÈTEMENT, COMMENT CA SE PASSE ?

Une conférence citoyenne a pour but de débattre autour d’un problème politique. L’objectif est de tirer de ces débats des propositions concrètes, à soumettre aux élus chargés de ces questions.

Aspect crucial pour ce dispositif, les participants sont préalablement été tirés au sort sur les listes électorales. A l’origine, la démocratie est avant tout un régime d’échange et de discussion, du moins sur le papier, mais pour cela il faut prévoir des espaces accessibles à tous et où chacun peut vraiment intervenir. On a souvent beaucoup d’idées sur ce qui manque et ce qui pourrait être amélioré, mais pas toujours l’occasion de l’exprimer : les conseils de quartiers sont systématiquement monopolisés par les mêmes personnes, tandis que ceux qui n’y sont pas familiers n’osent pas vraiment parler, quand ils prennent la peine de s’y déplacer… Tirer au sort, c’est inviter à l’action ceux qui ne le feraient pas autrement !

Mais alors attention, il ne s’agit pas de débattre dans le chaos le plus total : il y a quelques conditions à réunir pour avoir une discussion calme, de qualité, réellement productive et qui ne dérive pas vers les intérêts personnels des participants.

talk-about-politics_o_317254On ne parle pas si facilement de politique sans s’énerver

A la base de la démocratie délibérative, on considère qu’un débat public effectué dans de bonnes conditions doit répondre aux critères suivants :

  • Le respect de l’autre (on laisse les autres parler et on ne les juge pas)
  • L’argumentation (il ne s’agit pas de simplement exposer sa petite opinion personnelle, il faut justifier et expliquer)
  • L’inclusion des minorités (si c’est réalisé entre des hommes blancs, plutôt âgés, de catégories socioprofessionnelles supérieures, comme bon nombre de débats publics, vous vous doutez bien que ce n’est pas particulièrement représentatif de l’ensemble des citoyens)
  • La transparence (on ne cache rien sur le déroulement de la réunion et on met à disposition des participants toutes les informations nécessaires à la discussion)

Ce n’est pas du recueil d’opinion, c’est une analyse collective : les participants ont une idée en lien avec la question débattue et doivent la confronter aux