La permaculture, une philosophie du soin de la nature

La permaculture, une philosophie du soin de la nature

Photos de jardins tirées du site http://www.permaterre.com/

LA PERMACULTURE, KEZAKO ?

La permaculture est une technique d’agriculture abordant les végétaux à partir de l’écosystème dans lequel ils s’inscrivent, en combinant différentes plantes aux propriétés complémentaires ou qui s’entendent bien entre elles.

Grâce à ce procédé, on passe nettement moins de temps à s’occuper des cultures vu qu’elles se développent tranquillement sans qu’on ait besoin de trop les entretenir. Comparé à un potager classique, c’est plutôt relax. On cesse de vouloir tout contrôler et on ne cherche pas à tout planter en lignes bien droites : on laisse les salades vivre leur vie tranquille quoi. Peut-être même que vous le faites déjà dans votre jardin sans le savoir !

Au delà de l’aspect « on plante des trucs », la permaculture s’inscrit dans une démarche plus globale de développement durable, puisqu’on essaye aussi d’y intégrer un système d’épuration des eaux usées, de recycler les déchets organiques avec des composts, etc. Rajoutez une poule ou deux et vous frôlerez la perfection.

oies
Photo tirée du site http://www.permaterre.com/

Avec des oies c’est encore plus stylé

Concrètement, c’est assez facile à mettre en place à l’échelle d’un jardin (une petite surface c’est toujours plus simple à gérer), même si pas mal de fermes se développent ainsi que des éco-quartiers.

RESPECTER LA NATURE TOUT EN LA DOMESTIQUANT ?

De façon générale, dès qu’il s’agit de cultiver quelque chose, la nature est plutôt perçue comme une menace, pleine de perturbations qu’il faut contrer. C’est pour ça qu’à grande échelle nous en sommes arrivés à des monocultures : on met une seule plante sur plusieurs hectares et on crame les autres à grands renforts d’herbicide, comme ça c’est plus simple.

champ-de-maisSIM-PLI-CI-TE on vous a dit

Avec la permaculture, on contre cette logique productiviste et on se rapproche de l’écologie radicale, puisque dans ce cadre même l’agriculture biologique n’est pas forcément suffisante si elle ne prend pas en compte les écosystèmes. Impossible de faire l’agriculture intensive avec la permaculture, on est dans une toute autre démarche.

On part du contexte et on replace chaque parcelle dans le paysage qui l’englobe. On cherche des auxiliaires pour chaque plante, ce qui sert de substitution aux engrais chimiques. Diversifier les cultures permet aussi d’enrichir le sol, limiter son érosion et la perte de nutriments. Au passage, on met en valeur sa région et son climat, vu que le plus facile reste quand même de chercher parmi les plantes locales ce qui fonctionne bien. C’est surtout du bon sens, en fait.

oeillets d'inde
Photo tirée du site http://www.permaterre.com/

Les œillets d’Inde protègent les tomates des pucerons, c’est plutôt sympa de leur part

Cette vision s’inscrit dans une « théorie des systèmes », une perspective assez à la mode dans les années 70 pour défendre la sauvegarde de l’environnement. On envisage ici un système comme un espace composé d’éléments en interaction les uns avec les autres, clos et ayant une certaine autonomie. Cette autonomie reste relative car des éléments extérieurs peuvent intervenir, et c’est d’ailleurs plutôt perçu comme une perturbation : le but c’est de garantir un état d’équilibre, l’homéostasie. Bien évidement, au milieu de tout ça, l’humain constitue un facteur de perturbation incommensurable : donc plus on limite l’intervention humaine, et mieux c’est pour la nature.

Toute cette histoire soulève quand même quelques questionnements : on essaye de laisser la nature reprendre le dessus, tout en la contrôlant quand même… Puisqu’on est bien obligés d’intervenir dans notre propre jardin de toute façon, la permaculture permet finalement d’optimiser suffisamment les cultures pour y toucher le moins possible.

CONSOMMER AUTREMENT

L’objectif derrière tout ça, c’est donc de mettre en place des systèmes plutôt conciliants, capables de tenir sur le long terme, en laissant les végétaux prendre leur propre rythme (d’où le nom de « permaculture », comme « culture permanente »).

Quand on pratique la permaculture, on vise surtout à vivre en autonomie en refusant d’aller acheter ses fruits et légumes au supermarché du coin. On vit au rythme des saisons, on arrête de vouloir à tout prix manger des tomates en hiver et on réduit nos consommations d’aliments inutiles et industriels. On ralenti un peu et on prend le temps de raisonner nos achats. C’est finalement une critique de l’éthique capitaliste dans son ensemble.

Pour l’instant, il n’y a pas de mouvement étatique en faveur d’une telle façon d’envisager l’agriculture, ça vient surtout des consommateurs et de petits paysans. Gros chantier en perspective à l’heure où se tient la COP21, conférence qui n’a jamais autant porté d’enjeux depuis sa création…

 

Photos de jardins tirées du site http://www.permaterre.com/

Marianne Mercier

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on LinkedInShare on Google+Email this to someone

2 commentaires sur “La permaculture, une philosophie du soin de la nature

  1. Bonjour,
    Il faudrait englober, en plus du soucis de ne plus consommer industriel et des produits pollués aux insecticides etc…, le fait de ne consommer plus que des végétaux et cesser la consommation de viande qui est aujourd’hui le plus gros facteur de pollution de l’air, des eaux, de nos corps et qui pousse l’industrie à ce type de culture dit “monoculture” car la plupart des champs sont à destination des elevages bovins ou porcins industriels justement.Le fait de cesser de manger la viande (ou plutôt l’animal) et le point central du début du commencement d’une prise de conscience qui influera sans nul doute sur la façon de produire et cultiver les aliments.

    1. Pour ma part, j’ai du mal à concevoir un écosystème, qu’il soit agricole ou non, sans animaux. J’ai aussi du mal à concevoir que les animaux destinés à la consommation humaine ou autre, soient forcément maltraités par ceux qui en ont la charge. j’imagine tout à fait des cochons appréciant de vivre en forêt et se nourrissant de glands et d’une manière générale ce qu’ils trouvent en grattant le sol, ce qui aère la terre naturellement, mélangent les matières nutritives à la terre, enrichissant le sol avec leurs déjections, etc. De même pour des moutons ou des vaches dans un verger. Des poules se nourrissant de graines et de vermisseaux, etc. Aussi, si je conçois parfaitement qu’on puisse ne pas manger de produits carnés par goût, ou par dégout, considérer que la cause animale nécessite de ne pas manger de viande me semble totalement erroné. Sans même prendre en compte les carences, visibles ou invisibles que cela peut engendrer sur l’être humain. L’observation de la nature montre que les animaux carnivores ont dans leur très grande majorité des comportements beaucoup plus élaborés que les herbivores : il est beaucoup plus simple de brouter et de fuir, que d’élaborer des techniques d’encerclement ou autres pour pouvoir se nourrir, n’en serait-il pas de même pour les humains se passant de viande ? C’est une question, et à ma connaissance, aucune étude n’a pour l’instant porté sur ce point, mais ce serait loin d’être absurde. Pour finir, l’important n’est pas de savoir si les animaux vont être mangés après leur mort ou mis à l’équarrissage, mais si leur vie sera agréable. Or, on peut parfaitement faire en sorte que la vie des animaux soient tout aussi agréable que la notre, si ce n’est plus, et ce, d’autant plus s’il est non seulement possible de les valoriser grâce à l’entretien gratuit des parcelles agricoles qu’on leur confie, mais aussi de les valoriser en les mangeant après une vie bien remplie, et bien sûr, en récupérant leur laine, leur cuir, leurs plumes, leurs os, etc. J’ai donc beaucoup de mal avec les gens qui cherchent à convaincre les autres d’arrêter de manger de la viande en prenant prétexte que cela fait souffrir les animaux, ce qui n’est absolument pas lié, au contraire. Plus l’animal aura eu des conditions de vie agréable, mailleur sera son goût. Toute personne ayant manger du cochon se nourrissant par ses propres moyens en forêt constatera de lui même que le goût, et donc le prix de vente, n’a rien à voir avec les porcs élevés en batterie. A mon sens, vouloir que l’homme se nourrissent exclusivement de végétaux est une énorme erreur, et j’espère sincèrement que c’est une mode qui disparaîtra aussi rapidement qu’elle est apparue et surtout qu’elle ne se développera pas, et ce, en particulier pour mettre en place de la vraie permaculture qui permettra d’utiliser au mieux le bienfait de la synergie entre tous les animaux et de toutes les plantes pouvant être utile à l’humain.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *