« La parole est à moitié à celui qui écoute, et à moitié à celui qui parle » Montaigne

« La parole est à moitié à celui qui écoute, et à moitié à celui qui parle » Montaigne

Quoi ?

Avec cette citation qui provient des Essais, Montaigne nous invite à réfléchir sur la nature de la parole : que se passe-t-il quand on parle ? Comment se fait-il que parfois l’on ne se comprenne pas ?

Le sens d’une parole se construit à deux : il dépend d’une manière de dire et d’une manière d’écouter. La façon dont nous allons formuler une pensée n’est jamais neutre, de même que la façon dont nous allons la recevoir !

Connaissez-vous le téléphone arabe, jeu qui consiste à faire circuler par le bouche à oreille une phrase dans une file de joueurs ? Le premier invente une phrase (« La Pause Philo déboîte » ), le dernier doit la dire à haute voix (« Les pois chiches en boîte » ?).

Qui ?

Dès que vous ouvrez la bouche ou que vous écrivez, vous êtes concerné !

On le voit d’autant plus quand la parole fait explicitement objet d’incompréhension : souvenez-vous de cette conversation avec votre mère où vous aviez eu le sentiment qu’elle ne vous écoutait pas.
Elle semblait ne rien comprendre et déformait vos propos. Vous lui aviez déclaré : « Tu n’écoutes pas, je sais ce que je dis ! », et elle avait répondu : « C’est toi qui n’es pas clair ! ». Maintenant vous pourrez lui rétorquer que tout ça c’est à cause de Montaigne.

Pourquoi ?

La parole nous échappe toujours un peu parce qu’elle ne consiste pas simplement à exprimer quelque chose. Tout ce que vous dites et entendez est filtré par votre singularité.

Lorsqu’on croit se comprendre, c’est qu’on s’est suffisamment mis d’accord sur le sens pour ne pas s’arracher mutuellement les cheveux. Ce n’est jamais parce qu’on s’est parfaitement compris !

Quand vous parlez ou écoutez, plusieurs paramètres entrent en jeu :
– la tonalité
– le vocabulaire employé
– le rythme
– l’histoire et l’expérience personnelles
– l’état émotionnel
– la posture corporelle et la gestuelle
– le décalage entre ce que vous voulez dire et ce que vous dites
– le décalage entre ce qui est dit et ce que vous entendez (et ce que vous voulez entendre !)

Comment ?

Ecouter et s’exprimer s’apprennent et s’exercent : observez-vous en situation et apprenez à reconnaître vos filtres.
Profitez-en pour vous demander ce que ça dit de vous : apprenez à mieux vous connaître !

Faites un exercice de reformulation : en groupe de trois ou quatre personnes, chacun son tour raconte pendant trois minutes ce qu’il veut. La personne à sa gauche doit répéter tout ce qui a été dit, et tout ce qui est implicite (vous supposez par exemple que votre voisin de droite n’aimait pas cette situation parce qu’il a froncé les sourcils en en parlant).

Vous verrez comme on écoute que d’une oreille et comme cette oreille est bien la nôtre !
A l’inverse, rendez-vous compte au travers de la reformulation de vos dires de la façon dont vous vous exprimez et de ce que vous laissez transparaître !

Ce qui donne…

La parole est un exercice dont le sens dépend autant de celui qui parle que de celui qui écoute !
Par contre, si vous n’avez pas tout compris, c’est que vous n’avez pas bien lu…

Flore Ville-Gilon

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.