« Le bonheur, c’est de continuer à désirer ce que l’on possède. » – Saint-Augustin

Quoi ?

Plutôt que de penser les désirs comme des sources de tristesse, Saint-Augustin propose d’y voir la clé de notre accès au bonheur. Pour être heureux, il ne faut pas satisfaire tous ses désirs, ni arrêter de désirer, mais plutôt parvenir à désirer ce qu’on possède déjà. Si cet effort peut à première vue paraître antinomique, voire même impossible, c’est qu’il faut justement réinventer notre rapport au désir.

Avez-vous déjà souhaité obtenir quelque chose que vous déteniez déjà ? Par exemple, désirer manger un éclair au chocolat pendant que vous êtes justement en train de le manger, ou désirer trouver un nouveau travail lorsque vous signez votre contrat d’embauche ? Il y a ici un paradoxe que Saint-Augustin utilise afin de comprendre notre accès au bonheur. 

Comprendre ce qu’est le bonheur est au coeur de toute philosophie éthique. Il ne s’agit pas simplement de mieux utiliser sa raison pour comprendre le monde, mais surtout et avant tout de rendre cette compréhension du monde « pratique », en l’incarnant dans des actions du quotidien qui nous rendent meilleurs et nous permettent d’accéder à « la vie bonne ». 

Pourquoi ? 

Habituellement, on définit le bonheur comme un état d’accomplissement atteint lorsqu’un homme satisfait tous ses désirs. L’originalité de la définition du bonheur par Saint-Augustin repose sur le renversement du paradoxe inhérent au désir :

Le désir caractérise un état d’insatisfaction, au cours duquel quelqu’un va s’efforcer d’obtenir quelque chose qui lui manque. Par exemple, la faim ou la soif sont des désirs primaires que l’on satisfait en mangeant ou buvant. 

Le problème majeur de la condition humaine, c’est que la satisfaction est toujours temporaire, et que l’homme ne fait que passer infiniment de désir en désir tout au long de son existence. Désirer, c’est chercher à combler le manque qui accompagne chaque existence finie. 

Au lieu d’en conclure une impossibilité à satisfaire ses désirs, et donc à être heureux, Saint-Augustin propose de renverser notre rapport aux désirs en continuant à souhaiter obtenir et conserver ce que l’on possède déjà.

Qui ?

  • Les éternels insatisfaits : pourquoi nous manque-t-il toujours quelque chose pour atteindre le bonheur ?
  • Ceux qui se séparent trop vite de ce qu’ils possèdent : pourquoi cesse-t-on de désirer une chose dès lors que nous la possédons ?

C’est flagrant dans les relations amoureuses et charnelles où le désir pour une personne diminue (ou même disparaît) au moment où l’on prend conscience de « posséder » cette personne, ou d’être suffisamment désiré pour ne plus être mis en danger dans notre relation. Lorsqu’il n’y a plus de défi ou d’enjeux, lorsqu’il n’y a plus d’effort à faire, on cesse de désirer. 

Comment ?

Le secret de la vie heureuse réside dans la prise de conscience de la richesse de ce que l’on possède. D’ailleurs, c’est en comprenant que ma vie et mes biens sont fragiles et variables que je ferai mon possible pour ne pas les perdre en continuant à les désirer.

Je pourrais croire que je n’ai plus besoin de désirer une personne qui m’offre généreusement son amour, mais ce serait oublier que chaque relation est précieuse car toujours incertaine. La vie nous oblige à réinventer à chaque instant nos manières d’agir et de désirer.   

Ce qui donne… 

Le bonheur ? Il est déjà entre vos mains, alors efforcez-vous de le conserver !

 

Une citation commentée par Nicolas Bouteloup Toutes ses publications

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Articles similaires

Commencez à saisir votre recherche ci-dessus et pressez Entrée pour rechercher. ESC pour annuler.

Retour en haut