« La religion est l’opium du peuple. » Marx

« La religion est l’opium du peuple. » Marx

Quoi ?

L’une des formules les plus reprises de Marx. Aujourd’hui connue comme slogan antireligieux, elle est le produit d’une explication rationnelle et athée de la religion. Issue de la Critique de la philosophie du droit de Hegel, elle signifie que la religion est comparable à une drogue.

Pourquoi ?

Car elle est pour Marx à la fois ce qui guérit le peuple mais aussi ce qui l’empoisonne.
Paradoxale, la religion est pour ce philosophe à la fois une critique de l’organisation du monde mais aussi ce qui en empêche sa transformation.

Un remède : elle est une réponse à la souffrance du peuple, une promesse d’un monde meilleur qui donne aux hommes l’espoir de changements.

Un poison : elle est une illusion, un sédatif qui affecte les capacités de jugement et permet au peuple d’accepter sa souffrance.

Qui ?

Le peuple qui, selon le philosophe, doit se réveiller et s’affranchir des promesses illusoires de la religion pour agir sur l’injustice du monde réel.

Tout comme pour lutter contre le problème de la consommation de stupéfiants, il ne s’agit pas pour Marx de lutter contre les pratiques religieuses mais plutôt de combattre les conditions de leurs existences.

Pour ce philosophe critiquer la religion c’est non seulement critiquer les représentations théoriques illusoires de la religion, mais aussi, et surtout l’ordre du monde tel qu’il existe.

Comment ?

Dans la pensée de Marx, l’ordre du monde critiqué est celui du capitalisme industriel où les rapports entre salariat et capitalisme sont renversés.
Le système productif du XIXe siècle n’est alors plus au service de l’homme, mais c’est l’homme qui est au service du système productif.

A la différence de Hegel, la critique philosophique doit pour ce théoricien s’accompagner d’actions.

Pour suivre la recette de Marx :
– Examinez la valeur des théories et discours qui vous sont proposés.
– Interrogez les promesses de bonheur illusoire.
– Questionnez les fondements de l’économie ou du droit.
– Militez et exigez un bonheur réel.
En bref, ne vous laissez pas endormir par les vapeurs d’opium !

Ce qui donne…

Critiquer la religion, c’est lutter contre les injustices de la société dans laquelle nous vivons.

Ludovic Balent

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on LinkedInShare on Google+Email this to someone

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *