La méditation, une pratique à la mode

La méditation, une pratique à la mode

QUOI ?

La méditation est une pratique mentale ou spirituelle dont l’objectif est de se concentrer sur l’instant présent. Fabrice Midal, philosophe, spécialiste du bouddhisme et fondateur de l’Ecole occidentale de méditation, décrit la méditation comme « un exercice d’attention sur ce qui se passe dans l’ici et maintenant, une expérience de présence pure durant laquelle l’esprit ne doit pas être ni délibérément actif ni totalement passif, ni trop tendu ni trop relâché, afin de nouer un rapport authentique avec l’être ».

La méditation permet de mieux gérer son stress, ses angoisses et ses peurs. Mais selon Fabrice Midal et contrairement à une représentation courante de la méditation, cet exercice n’a pas pour vocation première la recherche d’un état de tranquillité. L’état de calme procuré par la pratique méditative en est seulement une conséquence indirecte. L’idée est de s’ouvrir simplement sur ce qui est.

Il existe plusieurs techniques de méditation. La pratique occidentale de la méditation tire en majorité son inspiration de la pratique bouddhique. Cette dernière engendre deux types de bienfaits : la capacité de focaliser l’attention en un seul point, et la perspicacité et la sagesse en accédant à la vraie nature de la réalité.

QUI EST CONCERNE ?

N’avez-vous pas remarqué que le mot « zen » s’infiltre absolument partout, de l’emballage de votre salade bio à l’affiche publicitaire de votre banque ? Aujourd’hui, la méditation est à la mode !
Figurez-vous qu’il a été scientifiquement prouvé que la pratique de la méditation musclait et remodelait les neurones, et était facteur de bien-être, alors tout le monde s’y met : les hôpitaux, les écoles et même les entreprises…

La méditation n’est pourtant pas un exercice facile à l’aube du 21e siècle ! En effet, à l’ère des nouvelles technologies, de la toute puissance de l’image, ainsi que de la course à la performance polyvalente et permanente, l’unique effort requis pour la pratique méditative, à savoir ne rien faire pendant un laps de temps donné, est presque chose impossible.

POURQUOI CET ENGOUEMENT SOUDAIN ?

Notre esprit se trouve quotidiennement sous-tension et fragmenté, à l’image de notre smartphone dont nous exigeons constamment qu’il fonctionne correctement et simultanément sur plusieurs applications.
Selon une étude de psychologie réalisée par deux professeurs de Harvard, Matthew A. Killingsworth et Daniel T. Gilbert, on passerait près de 47 % de notre temps à penser à autre chose que ce que l’on est en train de faire, et cela nous rendrait malheureux. L’homme du 21e siècle souffre donc d’une déficience de l’attention contre laquelle la méditation s’avère un remède plutôt efficace !

22000356

© Les Paresseuses

L’engouement actuel pour cette pratique relève aussi et surtout d’une critique envers une société avide de consommation et de rentabilité. Méditer aujourd’hui en occident est une pratique qui vacille entre deux aspects : elle est à la fois un pansement qui guérit mais obstrue le problème de fond, et un acte politique qui rejette la conception économique du travail.

L’exercice de la méditation, sous ses airs de mode bourgeois-bohème, peut avoir une réelle portée démocratique selon Fabrice Midal : elle nous apporte le recul nécessaire pour à la fois écarter les pensées négatives et réduire l’impact émotionnel des évènements quotidiens. Moins tourmenté, plus sage, le recul que confère la méditation sur notre vie ne permet pas moins que la conservation de la faculté de penser par soi-même, dépouillée des pressions sociales et quotidiennes, qui se situe à la base de toute démocratie. Celui qui médite est libre, acteur d’une vie plus heureuse parce que plus simple.

COMMENT CA MARCHE ?

La méditation est avant tout une expérience que chacun peut faire. La technique méditative la plus populaire en occident provient du bouddhisme : ceux qui ont une bonne circulation pourront s’asseoir en tailleur sur un coussin confortable tandis que les autres seront autorisés à s’installer sur une chaise, le dos droit, les pieds au sol et les mains sur les genoux.
Accordez-vous cinq bonnes minutes, fermez les yeux et concentrez-vous sur votre respiration. Sentez l’air qui emplit vos poumons à l’inspiration et qui s’en échappe à l’expiration. Chassez de votre esprit toute pensée qui viendrait pointer le bout de son nez : acheter du pain, jeter les poubelles, aller sur La Pause Philo. Restez bien concentré sur votre respiration… Et ça y est ! Vous méditez !

l_94ef89c0-f6d6-11e1-9b40-e99af3b00007

Fabrice Midal remarque que Socrate allait à la rencontre de gens et cherchait, tel un maître zen, à ouvrir leur esprit (Comment la philosophie peut nous sauver, 2015).
Socrate demandait à tout homme, noble ou esclave, ce qu’il pensait indépendamment de la loi, du discours officiel et de ce qu’il avait entendu. Il s’appliquait ainsi à éveiller ses interlocuteurs à leur propre intelligence et à les faire expérimenter la pensée réelle et directe, qui consiste à entrer en rapport avec ce qui est ici et maintenant.

Dans l’Antiquité, les pratiques de la méditation philosophique sont essentiellement intellectuelles. Davantage réflexions que méditations, elles consistent pour la plupart en des exercices spirituels destinés à développer l’âme ou l’esprit, des exercices d’attention à des pensées qu’il faut mobiliser, se remémorer et se commenter à soi-même, afin d’en tirer des applications pratiques et devenir un homme vertueux.
Epictète se répétait par exemple qu’il y a des choses qui dépendent de nous et d’autres qui ne dépendent pas de nous, et qu’il vaut donc mieux être indifférent vis-à-vis des choses qui ne dépendent pas de nous. Vis-à-vis de ces dernières, il vaut mieux être indifférent !

CE QUI DONNE…

La méditation est un exercice de concentration sur l’instant présent avec des effets bénéfiques sur le bien-être et l’attention. Plus qu’un simple effet de mode et à l’inverse de la société, la méditation cherche à rétablir le contact avec l’être.

Et vous, que pensez-vous de cette pratique ?

Flore Ville-Gilon

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on LinkedInShare on Google+Email this to someone

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *