Portrait de profil de Mark Twain

« Ils ne savaient pas que c’était impossible, alors ils l’ont fait. » – Mark Twain

Quoi ?

Peut-on faire l’impossible ? Cette formule attribuée à Mark Twain répond par l’affirmative. Tout est alors possible tant que l’on ne sait pas que c’est impossible.  Si cette formule peut apparaître comme une valorisation de l’ignorance et de la naïveté, elle est surtout une critique de la notion d’impossibilité. 

Pourquoi ?

Par définition, on entend par « nécessaire » ce qui ne peut pas ne pas être et par « impossible » ce qui ne peut absolument pas être. Mais il faut distinguer l’impossibilité des essences et l’impossibilité d’actions : 

L’impossibilité essentielle est ce qui ne peut pas être en raison de l’essence de deux choses qui s’excluent mutuellement. Par exemple, un cercle carré est impossible parce que l’essence du carré exclut l’essence du cercle. Penser l’un rejette nécessairement l’autre. 

Au contraire, l’impossibilité d’actions détermine ce qui peut être, ou ne pas être, en fonction d’un moment bien particulier, par exemple d’un contexte historique et scientifique qui font dire que, à un moment donné, faire ceci ou cela est possible ou impossible. Mais étant donné que la science et la technique ne font qu’évoluer constamment, il est probable que ce qui est considéré comme impossible aujourd’hui sera possible dans le futur. Par exemple, le voyage dans l’espace est maintenant une évidence alors qu’il a été considéré comme impossible pendant des siècles. 

Dès lors, quand il est question du « faire », il vaut mieux ne pas s’enliser dans une impossibilité d’actions, qui sera probablement battue en brèche avec le temps. Ici, l’ignorance de l’impossibilité permet d’oser faire, et en faisant l’impossible, d’ouvrir du même coup le champ des possibles.

Qui ?

– Ceux qui n’osent pas de peur de rater : ce n’est qu’en agissant que vous pourrez rendre l’impossible possible.

– Ceux qui réfléchissent beaucoup mais ne se lancent jamais : n’oubliez pas que la pensée peut devenir handicapante quand elle se transforme en ressassement. Il vaut mieux parfois être ignorant des impossibilités pour éviter de se donner à soi-même des chaînes inutiles.

Comment ?

Osez ! Ne vous mettez pas trop de barrières mentales avant d’avoir essayé. Vous pourriez être surpris de tout ce que vous êtes capables d’accomplir… 

Mais ne foncez pas non plus dans le mur. Le savoir est une barrière qui vous empêche et vous protège tout à la fois ! Si vous voyez clairement que les forces à l’œuvre sont contre vous et que, pour le moment, les choses sont impossibles, ne vous entêtez pas au risque de vous perdre. Attendez le moment opportun et saisissez le pour agir ! 

Ce qui donne…

Ne vous enfermez jamais dans la peur de l’échec, car c’est en faisant l’impossible que l’individu (et la société toute entière !) progresse.

 

Une citation décryptée par Nicolas Bouteloup Toutes ses publications

 

Pour aller plus loin :

  • Premier grand écrivain américain né en dehors de la côte Est, dans le Missouri, Mark Twain fut écrivain, essayiste et humoriste. Son premier succès,  « Voyage des Innocents », écrit en 1869, évoque avec sarcasme ses voyages en Europe et en Polynésie ; il est illustré par lui même par une série de dessins consultable ici.

Pour rester encore avec nous : 

  • L’ignorance n’est pas la la voie de l’action, mais la clé de la connaissance de soi, selon Socrate.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Articles similaires

Commencez à saisir votre recherche ci-dessus et pressez Entrée pour rechercher. ESC pour annuler.

Retour en haut