« L’intelligence ne vaut qu’au service de l’amour » – Antoine de Saint-Exupéry

« L’intelligence ne vaut qu’au service de l’amour » – Antoine de Saint-Exupéry

Quoi ?

L’amour doit servir de cap à l’intelligence, l’intelligence ne trouvant de valeur que si son usage est tourné vers l’amour : cette phrase exprime la valorisation de la rationalité augmentée par un principe d’amour, en tant que finalité.

Du latin intelligere, l’intelligence, c’est « comprendre ». C’est savoir faire des liens, composer avec la complexité, qu’elle soit théorique ou pratique.

L’intelligence regroupe donc plusieurs aptitudes, selon le type de situation qui se présente : un problème mathématique, de gestion de ressources, un contexte d’incertitude et de danger, une relation humaine à bien appréhender, un dilemme éthique sans précédent, …

Du latin amor, « amour », « affection », l’amour désigne un lien émotionnel qui met en « mouvement » (motio) vers l’objet de cet amour, qu’il soit une chose, une personne ou même une idée.

Pourquoi ?

L’on croit fermement que l’intelligence de notre espèce nous a conduit vers le meilleur régime politique, le meilleur système économique et le meilleur modèle social, compte-tenu de la complexité du monde. L’on ne doute pas non plus que l’intelligence soit la faculté qui nous permettrait de les améliorer en continu.

Hors, l’intelligence ne serait-elle pas un moyen, quand l’amour pourrait constituer une réelle finalité dans notre société ?

L’intelligence, cette ressource formidable, nous a permis de nous différencier du reste du règne animal. Dans un monde où l’intelligence en tant que rationalité est valeur suprême, l’amour est un concept irrationnel qui peut être perçu comme illégitime.

Avec au cœur l’amour de la justice, du savoir, du monde, des autres, de soi, des animaux, de la nature, de la science, l’intelligence ne pourrait-elle pas croître sans qu’elle ne se perde en-elle-même ? L’on pourrait ainsi trouver une manière de réconcilier intelligence et amour.

Qui ?

Chaque personne qui se questionne sur la finalité de ses actions, de la politique et de l’économie dans nos sociétés.

Le citoyen qui s’interroge sur son vote ou sur un engagement associatif,

Le chercheur en intelligence artificielle, en génétique, soucieux d’éthique

L’entrepreneur social qui souhaite développer une offre,

Le parent, qui souhaite la meilleure éducation pour son enfant

Le jeune adulte, qui souhaite décider que faire de sa vie

Le dirigeant d’entreprise, le cadre, l’ingénieur qui souhaite donner un nouveau sens à ses activités, etc…

Comment ?

L’intelligence est un moyen quand l’amour est une fin. Et ce qui permet l’amour, c’est d’être en vie, et d’être en capacité de le ressentir, que cela soit individuellement ou collectivement. L’intelligence, dans ce sens, serait de cultiver le contact avec ce que l’on aime.

Il s’agit donc concrètement de s’interroger sur les racines tant rationnelles qu’émotionnelles et intimes dans chaque élément de notre quotidien :  son mode de vie, ses relations avec ses amis, sa famille, ses concitoyens, sa vie au travail, ses projets personnels, professionnels, et tant d’autres choses.

Ce qui donne…

Notre vie prend sa valeur quand nous réussissons à accorder ce que nous pensons être bon pour nous avec ce que nous ressentons être bon pour nous !

 

Valentin Delagrange

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.