« Il y a des choses qui dépendent de nous et d’autres qui ne dépendent pas de nous. » – Epictète

Quoi ?

Cette phrase est la ligne directrice de la philosophie stoïcienne, qui tend vers la liberté et la paix de l’âme.

Ce qui dépend de nous c’est notre vie spirituelle : nos pensées, nos jugements, nos désirs et notre volonté.
Ce qui ne dépend pas de nous c’est tout ce qui est hors de notre vie spirituelle : notre beauté, notre santé, notre place dans la société (richesse/ statut) et notre destinée.

Pourquoi ?

Parce que pour Epictète et les autres stoïciens, rien n’arrive par hasard. Que ce soit la mort d’un proche, un souci de santé ou l’ordre politique et social dans lequel nous vivons, tout est le fruit de la nécessité.

Que l’on soit esclave et pauvre, comme put l’être Epictète, ou empereur romain et riche comme le stoïcien Marc Aurel, c’est le même régime pour tout le monde : on doit accepter sa place dans la société et remplir nos devoirs sociaux.

Pour les stoïciens, tout ce qui devait arriver, arriva, et tout ce qui doit se passer, se passera.
Attention, Epictète n’est pas pour autant fataliste. Au contraire, il prône la liberté et la volonté.

Qui ?

Les colériques, les frustrés ou les révoltés qui devraient vivre les désagréments du quotidien avec plus de détachement. Pour Epictète et les stoïciens nos frustrations viennent de nos jugements et de la façon dont nous nous représentons les choses.

Comment ?

Exercez votre raison à distinguer ce sur quoi vous pouvez agir, de ce qui dépend des circonstances extérieures et dépasse votre périmètre d’action ou de responsabilité.

Acceptez vos limites. Vous ne pouvez agir que sur votre vie intérieure et votre rapport aux choses.

Comprenez la nécessité de certaines choses du monde et acceptez votre destinée.
Pour Epictète, la connaissance des lois naturelles permet de prendre les meilleurs, comme les pires évènements de votre vie, avec calme, sérénité et humilité.
L’esclavage est par exemple supportable et acceptable pour les stoïciens, car l’ordre social n’est qu’une pâle copie de l’ordre naturel. Dans l’ordre naturel, les hommes forment une communauté et sont égaux en droits.

Pour résumer : Ne soyez pas des spectateurs passifs de votre vie intérieure !

Petit conseil de La Pause Philo : Commencez par appliquer ces grands principes aux petites choses du quotidien, car ce sont souvent elles qui nous enferment dans la quête de biens ou plaisirs inatteignables.

Ce qui donne…

Pour être libre et heureux, il faut le vouloir et prendre les choses avec philosophie !

 

Une citation décryptée par Ludovic Balent Toutes ses publications

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Articles similaires

Commencez à saisir votre recherche ci-dessus et pressez Entrée pour rechercher. ESC pour annuler.

Retour en haut