« La mort n’est rien pour nous. » – Epicure

Quoi ?

Extraite de la Lettre à Ménécée d’Epicure, cette citation est un remède contre l’un des principaux maux de l’humanité : la peur de la mort.

Pourquoi ?

Pour deux raisons. La première est que pour Epicure la mort est la privation des sensations.
Pour lui, les sensations sont ce qui fonde notre connaissance et nous guident dans la recherche des plaisirs du corps et de l’âme.
Sans sensations, la mort ne peut nous affecter. Elle n’est donc ni à craindre, ni à souhaiter.

Plus logique, la seconde est que la mort ne peut exister pour nous.
La vie et la mort s’excluent réciproquement l’une l’autre : « Quand nous existons la mort n’est pas là, et lorsque la mort est là, nous n’existons pas ».
La mort n’existe ni pour les vivants, ni pour les morts. En bref, elle n’est pas un sujet de préoccupation.

Qui ?

Les angoissés de la vie après la mort qui n’arrivent pas à profiter de la vie au présent.
Les tourmentés par notre condition de mortel qui se perdent dans les excès en tout genre.
Les partisans de la longévité à n’importe quel prix, ou les technophiles de la Silicon Valley qui se sont donné pour « défi du XXIe siècle » : la mort de la mort.

Comment ?

Intéressez-vous à la physique et au fonctionnement de la nature.
Pour les mêmes raisons que Démocrite quelques années plus tôt, Epicure pense qu’il n’y a pas de vie après la mort. Pour ces deux matérialistes, l’âme et le corps sont constitués d’atomes que se décomposent au moment de la mort, avant d’aller se recomposer aléatoirement avec d’autres atomes sous une autre forme.

Délivrez-vous des superstitions, mythes ou religions qui, sur la base de votre ignorance de la nature des choses, vous font croire en de vains espoirs.
Sans au-delà ni réincarnation, le bonheur est à vivre ici et maintenant.

Profitez du caractère éphémère de nos vies.
Ne passez pas à côté de votre vie, vous n’en avez qu’une. Vivez au présent. Carpe Diem !

Ce qui donne…

Ne pleurez pas avant d’avoir mal !

 

Une citation décryptée par Ludovic Balent Toutes ses publications

4 commentaires pour “« La mort n’est rien pour nous. » – Epicure

  1. Ou parier comme Pascal, ou supposer le karma, ne pas renier les médiums, ni refuser d’entrevoir la lueur d’une porte ouverte, celle qui rassure et fait de l’homme fort un homme de foi, une éternité.

  2. Pouvez vous me dire si C’est Épicure qui a dit : apprendre à bien vivre c’est apprendre à bien mourir et inversement apprendre à bien mourir est apprendre à bien vivre
    Ou s’agit il de Sénèque ou Épictète….
    Irvin Yalom page 58 thérapie existentielle.
    Merci beaucoup

  3. Cicéron cite Epicure.
    Je ne vous dirai pas à qui j’emprunte, car vous sauriez à quel trésor je puise. Encore quelque temps, et vous serez payé de mes propres fonds ; en attendant, voici ce que me prête Épicure : « Lequel vaut mieux, dit-il, que la mort vienne vers nous, on nous vers elle ? » Voilà qui est clair : il est bon d’apprendre à mourir. Peut-être trouverez-vous inutile d’apprendre ce qui ne doit servir qu’une fois ? c’est précisément pourquoi il faut s’y préparer : il faut toujours étudier, quand on n’est jamais sûr de savoir. Pensez à la mort, c’est-à-dire, pensez à la liberté. Apprendre la mort, c’est désapprendre la servitude, c’est se montrer au-dessus ou du moins à l’abri de toute tyrannie. Eh ! que me font à moi les cachots, les satellites, la verrous ? J’ai toujours une porte ouverte. Une seule chaîne nous retient : c’est l’amour de la vie. Sans la briser entièrement, il faut l’affaiblir de telle sorte qu’au besoin elle ne soit plus un obstacle, une barrière qui nous empêche de faire à l’instant ce qu’il nous faut faire tôt ou tard. (Cicéron, « Des suprêmes biens et des suprêmes maux », Lettre XXVI).

    XXXI. Car enfin, que faisons-nous, en nous éloignant des voluptés sensuelles, de tout emploi public, de toute sorte d’embarras, et même du soin de nos affaires domestiques, qui ont pour objet l’entretien de notre corps ? Que faisons-nous, dis-je, autre chose que rappeler notre esprit à lui-même, que le forcer à être à lui-même, et que l’éloigner de son corps, tout autant que cela se peut ? Or, détacher l’esprit du corps, n’est-ce pas apprendre à mourir ? Pensons-y donc sérieusement, croyez-moi, séparons-nous ainsi de nos corps, accoutumons-nous à mourir. Par ce moyen, et notre vie tiendra déjà d’une vie céleste, et nous en serons mieux disposés à prendre notre essor, quand nos chaînes se briseront. Mais les âmes qui auront toujours été sous le joug des sens, auront peine à s’élever de dessus la terre, lors même qu’elles seront hors de leurs entraves. Il en sera d’elles comme de ces prisonniers, qui ont été plusieurs années dans les fers ; ce n’est pas sans peine qu’ils marchent. Pour nous, arrivés un jour à notre terme, nous vivrons enfin. Car notre vie d’à-présent, c’est une mort : et si j’en voulais déplorer la misère, il ne me serait que trop aisé. (Cicéron, « Les Tusculanes », Livre I).

    Puis Cicéron est repris par Montaigne dans les « Essais ».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Articles similaires

Commencez à saisir votre recherche ci-dessus et pressez Entrée pour rechercher. ESC pour annuler.

Retour en haut