« La mort n’est rien pour nous » Epicure

« La mort n’est rien pour nous » Epicure

Quoi ?

Extraite de la Lettre à Ménécée d’Epicure, cette citation est un remède contre l’un des principaux maux de l’humanité : la peur de la mort.

Pourquoi ?

Pour deux raisons. La première est que pour Epicure la mort est la privation des sensations.
Pour lui, les sensations sont ce qui fonde notre connaissance et nous guident dans la recherche des plaisirs du corps et de l’âme.
Sans sensations, la mort ne peut nous affecter. Elle n’est donc ni à craindre, ni à souhaiter.

Plus logique, la seconde est que la mort ne peut exister pour nous.
La vie et la mort s’excluent réciproquement l’une l’autre : « Quand nous existons la mort n’est pas là, et lorsque la mort est là, nous n’existons pas ».
La mort n’existe ni pour les vivants, ni pour les morts. En bref, elle n’est pas un sujet de préoccupation.

Qui ?

Les angoissés de la vie après la mort qui n’arrivent pas à profiter de la vie au présent.
Les tourmentés par notre condition de mortel qui se perdent dans les excès en tout genre.
Les partisans de la longévité à n’importe quel prix, ou les technophiles de la Silicon Valley qui se sont donné pour « défi du XXIe siècle » : la mort de la mort.

Comment ?

Intéressez-vous à la physique et au fonctionnement de la nature.
Pour les mêmes raisons que Démocrite quelques années plus tôt, Epicure pense qu’il n’y a pas de vie après la mort. Pour ces deux matérialistes, l’âme et le corps sont constitués d’atomes que se décomposent au moment de la mort, avant d’aller se recomposer aléatoirement avec d’autres atomes sous une autre forme.

Délivrez-vous des superstitions, mythes ou religions qui, sur la base de votre ignorance de la nature des choses, vous font croire en de vains espoirs.
Sans au-delà ni réincarnation, le bonheur est à vivre ici et maintenant.

Profitez du caractère éphémère de nos vies.
Ne passez pas à côté de votre vie, vous n’en avez qu’une. Vivez au présent. Carpe Diem !

Ce qui donne…

Ne pleurez pas avant d’avoir mal !

 

Ludovic Balent

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.