« Ce n’est pas nous qui faisons l’histoire, c’est l’histoire qui nous fait. » Martin Luther King

« Ce n’est pas nous qui faisons l’histoire, c’est l’histoire qui nous fait. » Martin Luther King

Quoi ?

Une idée qui semble pourtant évidente se trouve ici entièrement renversée. L’histoire, ce n’est pas seulement une suite d’actions mises en récit : ce récit a aussi une action sur nous en retour.

A l’école, dans les médias, dans la politique, nous sommes abreuvés de mises en récit et de façons de présenter les évènements passés très différentes les unes des autres…

C’est au final très malléable et parfois très éloigné des travaux des historiens !

Pourquoi ?

L’histoire joue un rôle de récit que l’on s’approprie et qui nous définit collectivement. C’est une forme de narration, on raconte quelque chose sur nous !

Cette identité collective est finalement indispensable à l’action : sans contexte, difficile d’agir ou de s’engager dans quoi que ce soit. Cela nous aide à donner du sens à nos actes.

L’histoire a un rôle essentiel de transmission. En faisant la médiation entre le passé et le présent, elle nous offre des clefs pour comprendre le monde.

Qui ?

Ça concerne tout le monde, même ceux que les cours d’histoire ont toujours ennuyé : on agit toujours dans un contexte particulier !

Les hommes politiques prennent nécessairement leurs décisions en fonction d’actions passées, qui ont à la fois façonnées la situation actuelle mais qui raisonnent aussi dans les mémoires.

Vous et moi, nous définissons notre identité par ce prisme et nous nous trouvons orientés dans nos opinions et préjugés.

Comment ?

Raconter c’est transformer : par la mise en récit et la mise en cohérence de l’histoire, on modifie nécessairement la définition des peuples. Il est difficile de choisir l’angle à adopter pour traiter un événement passé, puisque cela évolue au cours du temps et des besoins politiques.

Se pose alors la question de ce que l’on retient de l’histoire… Et ce n’est pas toujours très neutre.

On peut en voir des conséquences très concrètes dans les manuels scolaires, où la façon dont est traité l’esclavagisme est une source de débats inépuisable… Comment présenter clairement le rôle qu’a joué la France dans des périodes troubles ?

Ce qui donne…

L’histoire est un processus qui nous façonne, une mémoire collective.

Marianne Mercier

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on LinkedInShare on Google+Email this to someone

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *