« On ne naît pas femme, on le devient. » Simone de Beauvoir

« On ne naît pas femme, on le devient. » Simone de Beauvoir

Quoi ?

Cette phrase devenue emblématique a opéré une véritable révolution dans la pensée de l’époque : les différences entre hommes et femmes ne seraient pas biologiques mais culturelles, et résulteraient d’un apprentissage tout au long de la vie.

Ce n’est pas : une injonction faite aux femmes, à qui l’on demanderait de passer par un long apprentissage pour répondre à l’idéal féminin…

C’est : la première fois que l’on distingue le fait d’être une femelle de celui d’être une femme. C’est seulement à partir des années 70 que l’on désignera cette différence avec les termes « sexe » et « genre ».

Qui ?

Simone de Beauvoir a exposé ses engagements pour la condition féminine dans le Deuxième Sexe en 1949, qui a fait l’effet d’un véritable pavé dans la mare !
Sa relation iconique avec Sartre et leurs « amours contingents » illustre parfaitement l’ovni que qu’elle représentait pour l’époque, chacun d’eux s’autorisant à avoir des amants à côté de leur relation. Aussi, dans son souci d’indépendance, elle refusera d’avoir des enfants, associant maternité et soumission.

Rappelons que les femmes n’ont eu le droit de vote qu’en 1944, tout en étant soupçonnées de voter comme leur curé… Aussi, les messages véhiculés par Simone n’ont pas manqué d’outrer les intellectuels de l’époque !

Pourquoi ?

Parce qu’à partir d’une liste pour montrer ce qui diffère entre les hommes et les femmes (vêtements, visage, corps, sourire, démarches, intérêts, occupations), elle constate qu’être une femme ce n’est pas seulement du biologique, il y a d’autres éléments à prendre en compte.

Pour elle, ces différences remontent à la nuit des temps, où les hommes ont profité de leur force physique pour soumettre les femmes, fragilisées par le fait de porter des enfants.

Comment ?

Il y a des choses qui sont attendues de la part de chaque sexe et par le geste, par des réflexes, des sentiments et des visions du monde, nous intégrons ces traits sans nous en rendre compte. L’éducation joue un rôle fondamental dans la construction d’une personnalité féminine ou masculine. Simone nous a alerté sur le sujet dès les années 40, mais cela reste particulièrement d’actualité !

Il suffit de regarder les catalogues de jouets : une fille sera incitée à être calme, à jouer à la poupée et à faire des loisirs créatifs, tandis qu’un garçon sera au contraire encouragé à être aventurier et intrépide, à travers des jeux où il est un super héros.

Ne tombons pas non plus dans la paranoïa, ces injonctions sont totalement inconscientes ! Acheter des vêtements roses à une petite fille ne fait pas de vous un monstre de sexisme.

Ce qui donne…

Tout au long de notre vie, la société nous forme et nous fait devenir des hommes et des femmes.

Marianne Mercier

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *