Morale, design et poubelles jaunes

Morale, design et poubelles jaunes

La cause écologique est porteuse de valeurs en partie justifiées par une inquiétude existentielle concernant notre capacité à assurer un avenir compatible avec « la permanence d’une vie authentiquement humaine sur Terre[1] ». S’il suffit de lire un ou deux articles, d’écouter un ou deux podcasts ou de regarder un bon documentaire pour comprendre à quel point cette cause relève d’une urgence morale absolue, entre la compréhension et l’action, il y a souvent un monde.

Ce monde, en l’occurrence, c’est celui de nos habitudes, de nos désirs, de nos espoirs, de nos vices ; en somme, c’est celui des promesses que la modernité n’est plus (ou n’a jamais été) en mesure de tenir. Accepter de changer l’existant pour quelque-chose d’autre n’est pas un processus facile à gérer dans l’urgence ; or, les faits sont là : nous manquons de temps. Cette situation très défavorable favorise la conversion des discours moraux en injonctions morales (voire en sermons moralisateurs)[2]. Outre la très discutable efficacité des injonctions, leur surnombre pose un problème majeur : quand bien même les individus seraient-ils d’accord pour s’y soumettre, dans la pratique cela devient impossible ; d’autant que l’écologie, aussi noble soit-elle, n’est pas la seule cause qui mérite d’être servie.

Dès lors, faut-il se résoudre à faire de la morale une pure affaire privée où l’individu, en tant que sujet moral, exprime activement ses valeurs au travers des choix qui sont les siens ? Où peut-on imaginer qu’il existe, comme supplément, des relais de moralité qui favorisent le bien agir sans que cela ne coûte quoi que ce soit aux individus ou ne relève d’un choix totalement conscient ?

cocalifeNon, on a dit écologie, pas greenwashing !

Dans cet article, je propose d’attribuer ce rôle de relai à la matière ou, plus précisément, à la technique. Cette idée s’inscrit dans le concept d’ « agentivité[3] morale » qui stipule, entre autres choses, que l’efficience morale, c’est-à-dire la capacité à produire un effet moral, ne provient pas uniquement de l’homme. Si nos objets ont des effets  moraux, alors le design[4], en tant qu’activité qui préside à leur conception, est une activité foncièrement liée à l’éthique. J’utiliserai trois exemples concrets pour illustrer cette idée.

Le tri sélectif

Si vous vous adonnez aux joies du tri sélectif, peut-être avez-vous déjà ressenti un sentiment de profonde exaspération face aux fameuses poubelles jaunes « verrouillées ». Dotés d’un couvercle verrouillé où s’invite une ouverture à fanons notoirement étroite, ces vide-ordures ne s’illustrent pas par leur praticité[5]. À moins d’aimer passer de longs moments dans l’atmosphère nauséabonde et/ou anxiogène des locaux poubelles, il y a fort à parier que l’exercice consistant à jeter un à un les détritus ne soit pas un très bon argument pour systématiser la pratique du tri sélectif. Pourtant, ce choix de conception, aussi agaçant soit-il, a une justification tout à fait légitime. Ainsi, dans la rubrique FAQ du site du Grand Lyon, on peut lire les précisions suivantes :

FAQGL

Mais aussi raisonnable soit-elle, cette justification n’en demeure pas moins problématique. En effet, l’un des accents est mis sur l’effort de ceux qui pratique déjà le tri. En soi, rien de choquant. C’est même plutôt normal. Mais en pratique, l’objectif du tri sélectif n’est pas de former une société secrète d’adeptes du recyclage. L’écologie prend tout son sens lorsqu’elle se globalise (ce qui ne signifie pas que les actions individuelles n’ont aucune valeur, loin de là, mais simplement que, pour être totalement effective et changer réellement les choses, l’écologie doit être portée politiquement, c’est-à-dire collectivement). La question directrice est donc de savoir comment inciter les individus à pratiquer le tri sélectif et, plus particulièrement, comment inciter ceux qui ne sont pas déjà convertis activement à la cause.

IMG_5189Ambiance !

L’enquête de l’Observatoire du geste de tri menée par Eco-emballage, révèle un certain nombre de données intéressantes sur le sujet. Tout d’abord, si 87% des Français déclarent trier leur déchet, ils sont en réalité 44% à le faire systématiquement. Le défi est donc double : il s’agit d’amener les 13% de non-trieurs et les 43% de trieurs non systématiques vers le tri systématique. Malgré la grande diversité des profils sociodémographiques impliqués, l’enquête remarque que « ce sont davantage les « facteurs qualitatifs », les conditions pratiquent qui agissent sur le geste de tri ». Ainsi, les deux leviers identifiés pour agir sur la motivation à trier sont : l’accès à l’information et la qualité du dispositif de tri.

Concernant le premier le levier, une mesure incitative de design pourrait être de faire figurer les consignes de tri directement sur l’emballage (87% des Français trouvent cela pratique). Le régime temporel qui caractérise notre mode de vie apparaît comme l’un des principaux ennemis du tri sélectif : nous nous y plions volontiers si cela ne nous fait pas perdre (trop) de temps. Gageons qu’une information délivrée immédiatement par le détritus lui-même favoriserait les comportements vertueux sur ce point. L’enquête confirme d’ailleurs ce lien entre tri et rythme de vie grâce aux différents profils sociodémographiques des personnes interrogées.

19yzoc

Le second levier, quant à lui, englobe l’ensemble du dispositif matériel de tri, c’est-à-dire les poubelles et leur environnement (local ou rue). L’enquête d’Eco-emballage est univoque sur ce point : « La fréquence de tri des Français baisse de manière conséquente s’il n’y a pas suffisamment de conteneurs (37%) ou s’ils ne sont pas faciles d’accès (34%). 46% trient systématiquement quand les bacs de tri sont suffisamment grands, 26% quand ils ne le sont pas. [En outre,] les Français trient près de deux fois moins quand leurs locaux poubelles sont sales ; on passe de 44% de tri systématique à 27%. » Je me permettrais d’ajouter à ces chiffres, une réflexion sur les poubelles verrouillées issue de mon expérience personnelle. Comme je l’ai déjà suggéré plus haut, leur structure me paraît désincitative. Un certain nombre de personnes de mon entourage ne trient pas à cause du verrouillage qui impose de jeter les ordures quasiment une à une (choix de design). La question ne concerne pas ceux qui pratiquent le tri sélectif puisque, pour une raison ou pour une autre (attachement fort à la cause sans qu’une autre forme d’incitation ne soit nécessaire, environnement très favorable etc.), ils appartiennent aux 44% de trieurs systématiques ; elle concerne ceux qui, par le biais d’un relai matériel, pourraient devenir des trieurs assidus. Si, en plus, on associe ce manque de praticité à une information parcellaire ou mal communiquée et/ou à un local poubelle sale, il est presque certain que le rang des trieurs systématiques ne se remplira pas. Il n’est d’ailleurs pas étonnant que la part des trieurs assidus s’élève à 50% chez les personnes habitants en maison : il est moins désagréable de vider ses ordures (une à une ou non) quand on est à l’air libre.

bd6b4e06c9174f00ee34ea0ce9cacc73a84800d851baf4bcc8b5bf6c996e82ac

Ce premier exemple permet d’illustrer concrètement les implications éthiques du design : il existe une éthique de la matière (toujours en tant qu’elle est en relation avec l’homme, bien entendu) en ce qu’elle incite ou désincite à adopter certains comportements.

Le cas du Rethink Bag de Picture Organic Clothings

En 2014, la marque « snow/mountainwear » Picture commercialisait un produit particulièrement intéressant : le Rethink Bag. L’idée n’est pas de faire du placement produit mais d’illustrer comment des acteurs privés tels que les entreprises peuvent s’investir dans le développement d’un design éthique. Outre une composition de 30% de polyester recyclé, le Rethink Bag est conçu pour avoir une seconde vie : « Quand le consommateur ne voudra plus de son sac, il pourra prendre une paire de ciseau, suivre la ligne à découper et obtenir de nouveaux produits : une trousse de toilette, 2 trousses simples, et une housse d’ordinateur.[6] »

Picture-Rethink bag

Cette possibilité offerte par le (design du) sac relève d’un choix éthique retranscrit dans la matière au moment de la conception. Le Rethink Bag illustre bien le concept d’agentivité morale : sa structure incite le consommateur à prolonger sa durée de vie sous une autre forme.

Un exemple de design vicieux

En restant dans le même domaine, voici un contre-exemple illustrant ce qui, selon moi, peut être perçu comme un effet vicieux du design. De nombreux manteaux de ski sont désormais équipés de poches tactiles pour portable. Ces poches possèdent un orifice permettant de faire passer ses écouteurs à l’air libre, tout en gardant le portable bien au chaud. L’idée est de pouvoir écouter sa musique sur les pistes tout en protégeant son téléphone du froid.

Fichier_000

Cette possibilité offerte par le manteau encourage une pratique réputée dangereuse, similaire, en terme de risque, à l’écoute de musique au volant.

Je vois maintenant se dessiner au moins deux objections potentielles. Tout d’abord, les écouteurs n’ont certainement pas attendu la greffe de poches tactiles dans les manteaux de ski pour s’inviter sur les pistes. Certes, mais l’intégration d’un tel dispositif dans nos équipements est une façon d’institutionnaliser (via le design) une mauvaise pratique et, de ce fait, de la normaliser. En gros, équiper tous les manteaux de ski de ce genre de dispositif revient à banaliser, à rendre normal le fait d’écouter de la musique sur les pistes malgré les mises en garde et le danger que cela représente.

19z07z

Ensuite, on pourrait s’offusquer du peu de place qui, dans cette affaire, semble être accordé à la volonté. En effet, rien ne nous oblige à utiliser le dispositif en question : une action est toujours avant tout le résultat d’un consentement volontaire. Si je décide d’écouter de la musique sur les pistes c’est que ma volonté privilégie le plaisir qui en découle au détriment du danger que cela représente, c’est aussi simple que ça. Vraiment ? Peut-on réellement tenir un tel discours alors qu’il existe aujourd’hui des disciplines comme le neuromarketing dont le but, disons le, est de mieux comprendre (pour mieux manipuler) la mécanique cérébrale qui conduit à l’acte d’achat ? La volonté n’est pas cet arbitre autonome (c’est-à-dire indépendant de son environnement) et infaillible que l’ont se plaît, parfois, à décrire. Elle n’est pas une force décisionnelle isolée ou en surplomb du monde dans lequel elle choisit : elle est, au contraire, immergée dans ce monde, elle fait avec ce monde, elle compose avec lui ; et celui-ci peut l’influencer. La poche tactile pour téléphone offre une possibilité à la volonté, elle l’influence, sa présence n’est pas neutre comme on pourrait le croire car elle change complètement le rapport que l’on a 1) à son manteau et 2) à la pratique du ski. Que les choses soient claires : il n’y a pas de déterminisme absolu, on peut choisir de ne pas céder à cette offre de design, mais faire de la volonté une toute-puissance autonome est une erreur d’abstraction. Cela revient à dire, il me semble, que toutes les situations de choix se valent puisqu’elles n’influencent pas notre volonté.

19xznmÇa, c’est dit.

Le design : science des objets qui font faire ?

 Ces exemples montrent comment la matière peut être travaillée pour produire des « effets moraux ». Si nos objets ont la capacité de susciter certains comportements, de « faire faire », alors le design peut être considéré comme une activité à vocation morale. Que les plus inquiets d’entre nous soient rassurés : cette idée n’ouvre pas la porte sur un monde peuplés d’elfes et de licornes où Godzilla découvrirait la relativité générale ! La théorie de l’agentivité morale des artefacts stipule simplement que nos objets participent, sur le mode de l’influence (et non du déterminisme), à l’élaboration d’actions et de comportements vertueux ou vicieux chez l’homme. En somme, l’activité morale ne provient pas uniquement de la fameuse autonomie du sujet mais peut aussi être le résultat d’une interaction avec la matière.

Les implications d’une telle pensée sont nombreuses. Celle qui nous intéresse aujourd’hui, c’est l’idée que le design, en se posant comme potentiel relai de valeurs et catalyseur d’action morale, représente l’une des solutions aux défis éthiques de ce siècle.

GodzillaApproves

Julien De Sanctis

Twitter : @JulienDeSanctis
Mail : julien.desanctis@essec.edu
Chroniques iPhilo : http://iphilo.fr/author/julien-de-sanctis/
Chroniques Trop Libre : http://www.trop-libre.fr/author/Julien-De-Sanctis/

[1] Hans Jonas, Le Principe Responsabilité (1979), Flammarion, coll. “Champs essais”, 2005, p. 40.

[2] Je souhaite tout de même noter sur ce point que les partisans du statut quo se plaisent à faire passer les discours à valeur morale pour des injonctions morales ou des sermons moralisateurs. C’est un processus rhétorique peu subtil mais souvent efficace qui vise à transformer d’authentiques messages et analyses éthiques en « bouillie du cœur » culpabilisante.

[3] L’agentivité est un néologisme forgé pour traduire le terme anglais d’agency. Il désigne tout simplement la capacité d’action d’un être (naturel ou artificiel) sur d‘autres êtres ou le monde en général.

[4] Le terme de design est ici à entendre au sens large de conception et non au sens restreint d’esthétique des objets.

[5] Je précise que toutes les poubelles jaunes ne sont pas structurées de la sorte. Certaines sont identiques à leurs homologues vertes.

[6] http://www.picture-organic-clothing.com/fr/about-picture-2/

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on LinkedInShare on Google+Email this to someone

3 commentaires sur “Morale, design et poubelles jaunes

  1. 100 % d’accord avec ce démontage de la confusion entre influence et déterminisme. C’est tout l’enjeu de la vague du “nudge” pour modifier les comportements. C’est aussi la raison pour laquelle la technologie ne peut pas être considérée comme “neutre”, car comme dans le design, il y a une intention d’usage qui peut modifier en profondeur les comportements et les pratiques sociales. La conception de l’objet va forcément favoriser ou freiner certains comportements. L’idéal ? L’effort minimal en effet : https://voustombezpile.com/2014/10/22/bouton-connecte-darty-objets-connectes/#more-1378

  2. Merci de rappeler que “la loi du moindre effort” existant que nous le veuillons ou non , il est stupide de la nier, il vaut mieux s’appuyer dessus… Votre réflexion pourrait s’appliquer à bien d’autres situations où le bon citoyen est invité à s’extirper vertueusement du mainstream. La nage à contre courant, oui, des requins dans les pattes, non .

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *