Browsed by
Étiquette : Technique

Des vertus méditatives d’un courant d’air

Des vertus méditatives d’un courant d’air

Le lien à la Terre est-il inscrit en nous ? Peut-il disparaître ou, au contraire, est-il indissociable de notre humanité ?

Cette méditation pose les prémisses d’une réflexion personnelle sur les concepts de réel et de virtuel. J’y soulève des questions pour l’heure sans réponse, dans une perspective phénomeno-écologique, c’est-à-dire interrogeant la façon dont nos sens nous lient au foyer terrestre. Il est important de préciser que l’expérience qui justifie ces quelques lignes est une expérience de citadin. Le lecteur habitué des grands espaces naturels et du contact répété avec les Éléments, ne partagera probablement pas le sentiment de déconnexion envers la nature dont il est ici question. Tout commence avec un courant d’air….

Lire la suite Lire la suite

Entretien-café avec Irénée Régnauld, de Mais où va le web ? : “Ce qui se joue avec la technique, c’est une vision de l’Homme.”

Entretien-café avec Irénée Régnauld, de Mais où va le web ? : “Ce qui se joue avec la technique, c’est une vision de l’Homme.”

Julien De Sanctis a rencontré Irénée Régnauld, camarade blogueur, fondateur du blog Mais où va le Web ? que nous suivons attentivement sur La Pause Philo. Irénée est également consultant dans les domaines numériques et co-fondateur du think-tank indépendant Le Mouton Numérique qui apporte un éclairage critique sur l’innovation à travers le débat. « Il faut agir en homme de pensée et penser en homme d’action », disait Bergson. Voilà qui décrit bien l’état d’esprit d’Irénée. Normal, donc, qu’on lui dise de passer par ici faire un petit coucou !

Lire la suite Lire la suite

Dark Souls III ou la vie avec les jeux vidéo

Dark Souls III ou la vie avec les jeux vidéo

Le jeu vidéo fait souvent l’objet de débats aussi passionnés que manichéens. Décérébrant pour les uns, éducatif ou simplement récréatif pour les autres, il est en réalité assez vain de tenir un discours absolument technophobe ou technophile à son égard. En effet, parler du jeu vidéo en général ne mène jamais bien loin ; c’est un peu comme parler de la technique, comme si l’on pouvait les réduire à une essence, un principe général où l’on rangerait commodément leur être tout entier. Certes, il existe des invariants communs à tout artefact vidéo-ludique (comme le fait de renvoyer à une réalité virtuelle, par exemple), mais entre un serious game, un solitaire sur Windows 95 et des jeux comme Bloodborne, Bioshock, Uncharted ou Dead Space il existe des différences qui discréditent d’emblée les discours dogmatiques et absolus, qu’ils soient amateurs ou détracteurs de plaisirs vidéo-ludiques.

Lire la suite Lire la suite